Retrait d'inventaire et aliénation - Portée

Version Français Canadien

En utilisant cette page, vous acceptez la licence Spectrum

Utilisez cette procédure pour aliéner des objets qui appartiennent à votre musée. Vous pouvez aliéner des objets pour de nombreuses raisons, notamment s’ils sont trop endommagés pour pouvoir servir, s’il s’agit de rapatrier des restes humains ou des objets sacrés, ou si l’on transfère des objets en double à un autre musée dans le cadre d’un processus de rationalisation dirigé par un conservateur. Parfois, les objets sont transférés à l’intérieur d’un musée, soit d’une collection d’objets enregistré vers une collection d’interprétation d’objets non enregistré.

Comme il est expliqué dans la procédure d’ Acquisition et enregistrement, « l’acquisition » a un sens très précis, soit l’engagement officiel du conseil d’administration d’un musée à accepter des objets dans sa collection permanente. L’acquisition comporte des responsabilités d’ordre éthique, tout comme le processus inverse. Une réflexion approfondie est toujours de mise à l’égard de l’aliénation; celle-ci doit tenir compte de la politique convenue, idéalement une « politique de développement de la collection » couvrant à la fois l’acquisition et l’aliénation.

Le consensus d’ordre éthique sur l’aliénation d’objets par un musée a changé, ce que reflètent les orientations de l’Association des musées. On est ainsi passé d’un fort penchant contre l’aliénation d’objets enregistré vers la reconnaissance qu’un processus d’aliénation responsable doit être inclus à une politique de développement des collections d’un musée, à commencer par une révision par les conservateurs. L’aliénation motivée par des raisons financières est toujours jugée contraire à l’éthique et peut occasionner des sanctions de la part d’organismes professionnels et d’organismes de financement.

Vous pouvez également utiliser cette procédure pour aliéner des articles qui vous appartiennent, mais qui n’ont pas été enregistré. Ces articles comprennent des objets acquis de façon provisoire par le biais d’une collecte contemporaine, mais ils ne sont pas enregistrés à la fin d’une période d’examen déterminée. Elle inclut également certains types de matériaux en grande quantité en provenance de travaux sur le terrain liés à l’archéologie et à l’histoire naturelle. Après que ces matériaux ont été analysés, et les résultats publiés et archivés, souvent seul un échantillon est conservé pour recherche future.

Qu’un objet soit enregistré ou non, son aliénation doit toujours se faire au terme d’une réflexion approfondie dans le cadre d’une politique convenue. La principale différence réside dans le fait que votre conseil d’administration doit toujours étudier les retraits à l’inventaire proposés, mais peut déléguer les décisions concernant les objets non enregistrés.

Date: 2019

Publié par: Collections Trust et le Réseau canadien d’information sur le patrimoine